UA-63585768-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2013

Invitation au Manoir

Dans quelques jours sera publiée dans la collection e-ros de Dominique Leroy une nouvelle écrite à quatre mains avec Chloé Saffy : l'Invitation au Manoir. Chloé et moi vous proposons de découvrir la genèse de ce texte à travers une interview croisée...

EmmaChloe-v2.jpg

 

Emma : Chloé, qu'est-ce qui t'a attirée chez les personnages du Manoir au point que tu envisages leur rencontre avec ceux d'Adore ?

 

Chloé : On pourrait tout simplement commencer par dire que pour moi, ce qui fait - très souvent - qu'on se souvient d'un livre, ce n'est pas toujours son intrigue, mais plutôt la puissance d’incarnation de ses personnages. Je serai incapable de te citer l'intégralité de ce qui se passe dans Autant en emporte le vent, mais Scarlett O'Hara et Rhett Butler, là ! Je suis horriblement classique dans mes goûts littéraires, de la bonne fiction bien balancée, bien écrite et tout à l'avenant et je succombe. Pour ceux du Manoir, il y avait en outre quelque chose d'un peu groupie, du genre "ah j'aimerai tellement les connaître en vrai !". Julien et Pauline sont deux personnages fascinants, ils sont impertinents, ont un caractère fort et Julien avec son côté ni Dieu ni Maitre, sa manière bien à lui de dominer fait rêver la midinette en moi... C'est comme entrer dans le saint des saints, du même niveau que rencontrer des gens inaccessibles et qu'on admire. Pour autant, je ne me voyais pas écrire une fanfiction uniquement pour continuer à les faire vivre, c'est beaucoup trop de responsabilités ! De ton côté, pourquoi avoir accepté le principe du cross-over, notamment avec Anabel et Verlaine, deux personnages qui n'ont - a priori - rien à voir avec Le Manoir?

 

Emma : Rien à voir, c'est vite dit ! Si je me souviens bien, Anabel a une relation tout à fait particulière avec la ceinture de son amant... Dans Adore, les jeux qui épicent la relation entre les personnages sont le plus souvent juste suggérés ou évoqués, et c'est un aspect du roman qui m'a beaucoup plu : on n'en fait pas tout un plat, ce n'est pas le Sadomasochisme avec un grand "S" qui a tout du mythe. Cependant, j'imaginais tout à fait que la relation entre Verlaine et Anabel se développant, ils auraient envie d'expérimenter de nouvelles choses, de rencontrer d'autres personnes. Et puis c'était pour moi une évidence que Verlaine s'entendrait bien avec Julien, ou plutôt, qu'il exercerait sur lui une forme de fascination : par ce côté calme, sûr de lui et de ses talents qu'il dégage. L'alchimie était sans doute moins évidente entre les deux filles, qu'en penses-tu ?

 

Chloé : A mon avis, Pauline est un personnage justement plus investi et impliqué dans son statut de soumise, même si c'est une petite rebelle... Anabel a sans doute une approche plus instinctive, moins portée sur les rituels. Mais je crois que la méfiance de Pauline est simplement à l'image d'une certaine constante des rapports féminins, où l'on commence par s'observer, se jauger avant de savoir si l'on va s'apprécier. Surtout dans un contexte de séduction et de jeux de pouvoirs tels que décrits ici ! En fait, le plus difficile était plutôt d'arriver à comprendre la psychologie de tes personnages, comme tu as dû appréhender les miens également... C'était l'équation indispensable pour écrire ce texte à quatre mains... Ça nous a même valu de vrais points interrogation parfois si tu te souviens !

 

Emma : C'est vrai. Un des défis les plus compliqués résidait dans les dialogues : quand tu faisais parler mes personnages, et moi les tiens, c'était difficile de trouver le "ton" juste, la phrase exacte qu'il ou elle prononcerait dans ces circonstances. Cela montre bien que nous avons toutes les deux, je crois, une écriture où on incarne très fortement nos personnages, on leur donne une vraie personnalité. Ce n'est pas facile de partager cela avec un autre auteur... Mais ce que j'ai vraiment apprécié dans cette expérience d'écriture, c'est la façon dont nos styles se complètent. Tu as apporté plein de riches images et de mots bien choisis alors que j'ai tendance à ne me focaliser que sur la trame de l'histoire. Et toi, si tu devais dire pour conclure ce que tu en as retiré ?

 

Chloé : Déjà une petite victoire personnelle, car on dit souvent que les textes à quatre mains sont ratés et je crois honnêtement que celui-ci est loin de l'être ! Intellectuellement, c'était vraiment stimulant et excitant de travailler comme ça, et de faire en sorte que l'on ne puisse plus démêler totalement qui a écrit telle ou telle partie. D'obtenir cette symbiose de nos deux univers et nos deux écritures. Au point que je me demande si on pourrait renouveler l'exercice sur un texte plus long, un roman entier par exemple... Sans doute pas avec les mêmes personnages, car Invitation au Manoir a aussi été une manière pour moi de dire au revoir à Anabel et Verlaine: visiblement ils ont une belle relation qui a mûri au fil du temps... Et comme j'ai entièrement revu Adore pour sa sortie en numérique (le même jour qu'Invitation auManoir !), c'était une belle manière de boucler la boucle. Mais je ne pense pas que je reviendrai sur eux. Contrairement à toi, car je pense que Le Manoir n'a pas encore livré tous ses secrets, non ?

 

Emma : En effet... Pour commencer, Le Manoir vient d'être réédité en numérique, après plusieurs mois d'indisponibilité : cela permettra aux lecteurs de l'Invitation de le découvrir également. Et puis j'ai écrit les Légendes du Manoir, un long roman qui raconte la suite mais qui remonte aussi le temps, à travers l'histoire de Pierre et de Julien. Celui-ci n'attend plus qu'un éditeur pour voir le jour ! Et puis comme on dit, jamais deux sans trois... alors peut-être qu'un jour j'aurai encore une fois envie de faire revivre ces personnages pour de nouvelles aventures, qui sait.

 

Les commentaires sont fermés.