UA-63585768-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2013

Pierre et Julien

Un petit extrait de mon manuscrit "Légendes du Manoir", à paraître un jour... Juste pour mettre l'eau à la bouche ;-)

 

"Julien revint de sa douche, en jean et torse nu. Pierre leva les yeux de son journal et contempla le corps du jeune homme, qui commençait à se muscler sous l'effet de l'exercice quotidien. Les épaules qui se formaient et se durcissaient, les abdominaux qui se dessinaient. Julien avait été un bel adolescent ; il devenait un homme magnifique. Le garçon se tenait debout devant lui, silencieux, les lèvres pincées. Comme il s'approchait, Pierre décelait les traces de coups et les bleus qui marquaient ses biceps et sa poitrine. Cela ne lui donnait aucun plaisir, aucune excitation, cela l'attristait plutôt. L'épreuve de force à laquelle il était obligé de se livrer pour soumettre Julien ne l'amusait pas en soi. C'était ce qu'il obtenait finalement qui lui donnait satisfaction. Quand cela fonctionnait. D'une façon générale, le garçon était plus calme et plus obéissant que les premiers temps. Mais il y avait toujours cette révolte qui bouillait juste sous la surface, qui attendait impatiemment qu'on lui laisse un espace pour sortir. Aucun espace, c'était la règle que Pierre appliquait.

 

— Maître, puis-je prendre une cigarette ? Demanda-t-il poliment.

 

Pierre fit mine de réfléchir une seconde, puis répondit oui. La main de Julien se referma avec une vitesse de rapace sur le paquet, et un instant plus tard, la fumée s'éleva dans la cuisine et Julien s'effondra sur la chaise en face de son maître.

 

— Tiens-toi correctement, Julien, ou j'éteins cette cigarette en me servant du dos de ta main comme cendrier.

 

Julien se redressa en grimaçant. Il savait que ce n'était pas une menace en l'air : Pierre l'avait déjà fait.

 

Pierre s'efforça de résister au plaisir de le regarder fumer, à moitié nu, sombre et rageur, superbe, et se replongea dans son journal. Les minuscules caractères se mélangeaient devant ses yeux comme des pattes de mouche. Il était incapable de penser à autre chose qu'à ce garçon qui se tenait devant lui, et à l'épreuve qu'il allait lui imposer."

 

Commentaires

Oh,
que de sensations déjà...

Écrit par : Lou | 27/12/2013

Les commentaires sont fermés.